Avec 0 pages, le Dico de la télé de Chancel rassemble quand même plein de révélations !

Publié le par Le Square


Jacques Chancel, alias Joseph Crampes, sort un "Dictionnaire amoureux de la télévision" (Plon) dans lequel vous trouverez non seulement les émissions et les animateurs et
journalistes qu'il estime avoir compté pour la télé mais aussi nombre de petites anecdotes croustillante sur ces gens qu'il a croisé durant ses 50 ans au service de la petite lucarne.


Voici quelques extraits savoureux sur des animateurs et journalistes...


Claire Chazal


"Si Claire Chazal avait réussi l’ENA (elle est diplômée d’HEC ndlr), elle aurait choisi d’entrer en politique. Bien mieux, à cette heure, elle la juge. L’essentiel d’une passion semble lui avoir
été accordé… mais, enserrée dans différentes contraintes, elle ne parvient pas à approfondir les sujets qu’elle traite. Le court lui est une obligation. Prendra-t-elle le risque de diriger demain
une émission de débats ou un magazine culturel ?"


Laurent Delahousse


"Le 20 heures lui sera donné bientôt sur une chaîne qui pourrait ne pas être France 2 mais il paraît ne s’en soucier guère. On l’imagine déjà ailleurs, je le verrais bien grand voyageur prêt à
nous raconter les turbulences du monde. Il est de cette compagnie, si limitée, qui offrira demain (peut-être) une télévision nouvelle."


Jean-Luc Delarue


"Il peaufine une apparence froide, empesée, appelle la distance, aligne en tous lieux les citations littéraires et nous épate d’un professionnalisme exigeant. Ses collègues également coiffés de
lauriers composent avec lui un groupe particulier, prétendument moderne, qui aura tout de même marqué une génération : Thierry Ardisson, Christophe Dechavanne, Nagui, Marc Olivier Fogiel ont été et sont les passants d’une télévision promise à la légèreté, persuadée de
ses audaces. Ces gens-là sont frères d’ambition, adversaires d’antenne, joyeusement en querelles : comparé aux siens, que représente Delarue ? Il est moins doué qu’Ardisson, plus rigoureux que
Dechavanne, moins bondissant que Nagui, autant enfiévré que Fogiel."


Michel Drucker


"Ses frères ont longtemps ombragé ses chemins. Jean l’énarque et Jacques le professeur de médecine faisaient dans leur jeunesse l’orgueil des parents. Il fut le vilain petit canard que l’on
croyait condamné aux futilités. La réussite venue tôt n’avait pourtant pas réjoui sa mère. Michel Drucker eut à souffrir de Bernard Pivot et moi. Il en parle
avec humour "vous avez pourri ma vie. Regarde-les, me disait-elle, la chère maman. Tes copains ont du goût pour les belles choses. Bernard nous fait aimer la littérature, Jacques reçoit
Arthur Rubinstein, toi tu invites Mireille Mathieu".


Laurent Ruquier


"Ses univers ne sont pas les miens, ses facéties pourtant m’amusent, son cercle me semble interdit mais j’y entre par effraction comme un étranger curieux. Je l’ai entendu un soir révéler son
homosexualité avec une élégance qui ne m’aura pas surpris (…) Je ne sais rien de lui, de son existence privée, mais il n’est pas impossible qu’un jour nous fassions conversation. A la manière de
Bouvard, il se veut dénicheur de talents nouveaux, il cherche, il défriche. Il aime à s’entourer de rigolos de passage et n’est jamais aussi seul que lorsqu’il s’imagine accompagné"


 Et malgré le fait que le site de l'éditeur semble indiquer que son contenu ne vaut rien, 0 est indiqué pour le nombre de pages
!, cela permet d'en savoir plus sur cet univers impitoyable grâce à l'expérience incroyable de Chancel qui livre aussi ainsi une sorte de biographie.

Publié dans Télé

Commenter cet article