EDF entretient le scandale de la pression des régies pub et des annonceurs !

Publié le par Le Square





Ça fait déjà un moment que ça a commencé. La pression des annonceurs, des régies publicitaires sur les médias et leurs contenus.


En télé, en radio, en presse écrite, il est de plus en plus difficile de dire quelque chose sur une marque sans risquer un coup de semonce de sa direction ou une menace de suspension des budgets
publicitaires de la dite marque...


C'était souvent le cas en ce qui concerne l'humour, les parodies. Mais des directions "couillues" (celle de Canal + avec ses Guignols par exemple), "protégeaient" complètement les auteurs en ne
réagissant pas au chantage et menaces des annonceurs et/ou des politiques.


Et tout ca pour le bien de la création, de la liberté de parole, de ton, de penser.


Et voilà qu'on apprends aujourd'hui chez nos confrère du Parisien, que EDF menace de retirer 80 000€ de pub jusqu'à la fin de l'année pour un article les concernant et qui les irrites...


Plus sérieux que La Tribune, il n'y a guère que l'AGEFI mais titiller EDF sur le sujet du nucléaire, ca donne cette menace !


Selon Le Parisien: " Le patron d'EDF, Henri Proglio, visiblement très mécontent d'un article publié lundi dans La Tribune, a décidé de retirer toutes ses publicités du quotidien économique,
jusqu'à la fin de l'année. Soit un manque à gagner d'environ 80 000 euros pour le journal, qui, pour couronner le tout, connaît actuellement de grosses difficultés économiques. Dans cet article,
une journaliste du quotidien rapporte des propos de responsables d'EDF qui se «préparent à abandonner l'EPR de Flamanville». Ce jour-là, la Tribune reçoit un appel de l'agence Euro RSCG, lui
expliquant que son client EDF, «annule toutes ses communications dans La Tribune jusqu'à la fin de l'année du fait de l'article paru aujourd'hui».


Comment dans un pays comme la France, on peut encore en arriver là ? Cela ne rejoint il pas le même sujet de liberté d'expression que l'affaire Charlie Hebdo ?


Si on peut espérer que la direction de la Tribune garde son cap d'indépendance journalistique, la pression est içi économique pour un groupe qui est en difficulté.


Alors liberté d'opinion et dépôt de bilan ou soumission et survie de l'entreprise ?


Si pour EDF "l'énergie est nôtre avenir, économisons là", c'est bien partie pour que La Tribune n'ai plus jamais de factures d'énergie en fermant ses bureaux...

Publié dans Info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article